Documenter son quotidien, un exercice pas si facile que ça…

Du scrap traditionnel à la documentation du quotidien…


Depuis quelques années, et l’apparition des Project Life, A day in the Life, A week in the life et autre December Daily, je trouve que le scrap a pris une nouvelle direction et s’est orienté ouvertement vers la documentation du quotidien, de ces petits riens de la vie de tous les jours.

Et je m’en réjouie vraiment car cela a toujours été plus ou moins ce que j’ai fait depuis que je scrappe. En effet, vivant seule et n’étant pas particulièrement douée pour les auto-portraits (surtout que je n’aime pas vraiment me voir en photo), j’aurais très vite tourné en rond si j’avais dû me contenter de me scrapper ou de scrapper mon chat ! J’ai toujours été une grande fan du travail d’Ali Edwards et de Cathy Zielske, de grandes storytellers (conteuses d’histoires) qui s’inspirent du « every day life » (le quotidien).

… sans tomber dans la répétition, le manque d’originalité et de spontanéité…

Comme je le dis, je suis une adepte du genre… Mais force est de constater que prendre son quotidien en photo n’est pas toujours facile ! Et oui, que voulez-vous, il n’y a rien de plus banal, de plus répétitif que notre quotidien ! Je l’ai moi-même constaté en 2012 après un an à prendre une photo par jour pour mon Weekly2012 : le quotidien est souvent synonyme de routine et de répétition ! Rien ne ressemble plus à un mardi qu’un autre mardi lorsque nous sommes pris dans l’engrenage du métro-boulot-dodo … Nous allons quasiment tous travailler au même endroit tous les jours, nous parcourons le même trajet, nous déposons les enfants à la même école (enfin pas tous mais bon, vous voyez ce que je veux dire !) et le midi, nous déjeunons dans le même restaurant régulièrement ou dans la même cantine. Et pour les célibataires ou les couple sans enfant, c’est encore plus difficile et celui qui prend la photo est rarement dessus !

Alors effectivement, il faut être inventif, chercher des cadrages créatifs, des nouvelles métaphores en trouvant de nouvelles choses à prendre en photo pour exprimer ce que vous ressentez à ce moment précis… On peut aussi prendre régulièrement la même photo, à des saisons différentes, à des moments de la journée différents… Il y a des tas de façons d’éviter l’ennui et les répétitions, je pense.

Mais il y a une chose à laquelle je ne me ferai jamais, ce sont ces photos mises en scènes, prises au retardateur et qui veulent faire croire à une photo prise sur le vif. A mes yeux, elles perdent tout leur sens puisqu’il n’y a plus de spontanéité ! Déjà, il aura fallu penser à l’endroit où l’on va poser l’appareil ou le smartphone, vérifier le cadrage par rapport à la pose à laquelle on aura réfléchi au préalable. Une fois que tout est paré, il faut courir pour prendre la pose, tout en ayant l’air de rien afin que cela ressemble à une photo prise sur le vif… Là j’ai envie de dire « mais quel est l’intérêt ? ». Faut-il en arriver là pour scrapper son quotidien et alimenter son project Life ou son weekly ? Quel plaisir éprouverons-nous en feuilletant nos albums dans quelques années et en se rappelant forcément de toute la mise en scène qui se cache derrière cette simple photo ?

… et au final, ne plus en faire une obligation…


Autant j’ai adoré faire mon Weekly en 2012 et j’aime le feuilleter régulièrement presque 3 ans après, autant depuis, j’ai finalement décidé de ne plus rien faire d’aussi régulier et contraignant ! Ok, c’est principalement par manque de temps mais c’est aussi parce qu’à mes yeux, cela n’aurait été que répétition ! Il n’y a pas eu tellement de différences entre mon année 2012 et mon année 2013 ! J’ai même abandonné l’application avec laquelle je prenais une photo par jour… Je continue à prendre beaucoup de photos avec mon iPhone, surtout depuis que j’ai déménagé à Paris, mais il peut se passer quelques jours sans que j’en prenne ou sans que j’arrive à être créative dans ma prise de vue. En tout cas, je n’ai plus envie de devoir absolument prendre une photo par jour ! Et oui, il y a des jours que je n’ai pas forcément envie d’immortaliser et dont je n’ai pas envie de me rappeler, des jours où rien de notable ne se passe alors à quoi bon vouloir absolument les immortaliser ? Je n’ai pas envie de devoir me forcer à prendre des photos pour alimenter la documentation de mon quotidien parce que souvent on perd en qualité et on se met à prendre tout et n’importe quoi en photo, juste histoire d’avoir une photo.

… et choisir tout simplement le scrap-thérapie.


Le Project Life a pris aujourd’hui beaucoup d’ampleur mais je n’arrive pas être convaincue. Je n’en ai vus que trop peu de jolis, harmonieux et évitant ces satanées répétitions du quotidien. Et surtout, combien parmi les adeptes du genre ont réussi à boucler une année, sans plusieurs mois de retard ? Attention, je ne condamne pas le Project Life, chacun fait bien comme il veut ! Mais ce que je dis c’est que depuis bientôt 10 ans que je scrappe, je fais du Project Life ! Car en parcourant mes albums de pages (que je range chronologiquement et par année), je suis en mesure de me rappeler tous les événements marquants ou moins marquants d’une année.
C’est certainement parce que le scrap est souvent pour moi un exutoire et que je m’en sers de thérapie !

Après, vous qui avez la chance d’avoir des petits loulous, je comprends l’envie que vous pouvez avoir de documenter leur quotidien, leur enfance et vous avez forcément plus matière à le faire… Et pourtant je suis sûre que vous vous êtes déjà confrontées au côté répétitif de l’exercice, n’est-ce pas ?


Que pensez-vous de tout cela ? Avez-vous succombé aux différentes façon de scrapper votre quotidien et comment en évitez-vous les pièges ?

Je suis très intéressée par votre vision des choses alors n’hésitez pas !